Robe médiévale

Aujourd’hui je vous présente un costume réalisé pour une amie :
une robe médiévale rouge, commandée en vue d’un GN (Jeu de rôle Grandeur Nature).

J’ai utilisé le patron Butterick B4827, dans un tissu rouge en coton épais, choisi par la destinataire de cette robe.
J’ai réalisé la sous jupe blanche en lin, et le laçage dos est un lien de cuir marron, enfilé dans des œillets en métal brun noir. J’aime beaucoup la traine de ce modèle.

Robe médiévale Mel

J’ai modifié le patron pour obtenir des manches papillon.
J’aime beaucoup le rendu final de cette robe !
Surtout portée avec cet underbust en cuir (que j’adorerais avoir réalisé!).

 Robe médiévale Mel 2

Coupe à plat

pistoletacouture.jpg

 

Pas d’article depuis fort longtemps… ce qui ne signifie pas que je ne fais rien, heureusement ! Je crée même une nouvelle catégorie pour ce blog : « Sous mon perroquet ». Cet objet indispensable dès que tu commences la coupe à plat !

 

Cette année, je prends des cours à la Mairie de Paris. Il s’agit des cours de Coupe couture -Tailleur, tous les lundis, pendant 6 heures, à Belleville. Les cours sont dispensés par Béatrice et Bénédicte, et le niveau est élevé puisqu’on y apprend les techniques de tailleur, soit des techniques haute-couture.

Au programme : patronage d’une jupe taille haute avec enforme, d’une veste de tailleur et d’un pantalon à partir d’une base standard.

Bien évidemment, cela ne me semblait pas assez lourd comme programme, j’ai donc décidé en parallèle de créer mes bases buste et jupe  sur mesure, à partir du livre La technique de la coupe de Line Jaque afin de me réaliser un tailleur sur mesure, et non basé sur de simples mesures standard.

Ce bouquin est une merveille ! Line Jaque explique avec précision et rigueur comment partir de ses mesures pour créer sa base de buste, de jupe et de manche et comment les transformer pour obtenir à peu près tous les vêtements possibles et imaginables !

Les cours sont extras ! On y apprend la coupe à plat, le montage d’une toile et sa retouche, le patronage, les techniques tailleur (entoilage, pose de droit fil, d’épaulette, montage de col, de manche, création de patte de boutonnage, de poche passepoilée, poche gilet, poche fourreau, montage de doublure, création de pli fente…)

Bref, j’apprends énormément. Et je découvre à quel point travailler en groupe sur un même projet peut être stimulant pour la flemmarde que je suis.

 

super pouvoirJ’ai depuis mis en application ce que j’ai appris en réalisant un costume pour mon homme, uniquement à partir de ses mensurations et d’une feuille de papier kraft !

Je n’en reviens toujours pas, j’ai l’impression d’avoir un « super pouvoir » ! … ce qui me fait penser à cette image de « Wonder Needle »😉

 

 

 

Affaire à suivre…

The wearability project : les projets

Le défi était de me sélectionner 4 projets parmi ceux qui rentrent dans les critères de mon « wearability project ». Voilà donc les élus :

Une Aubépine de Deer and Doe
en soie noire avec un aspect peau de pêche qui la rend toute douce au toucher et une doublure à pois de toutes les couleurs ! Elle fera un très bon basique en tant que Petite Robe Noire, avec ce grain de folie que je serai seule à voir : la doublure. Idéal pour se donner le sourire en l’enfilant le matin !

aubepine_314

20140727_133543

 

 

 

 

 

 

 

Une robe portefeuille
en jersey gaufré de couleur « vieux rose », patron maison à partir d’une de mes robes

 robe portefeuille

20140727_133921

 

 

 

 

 

 

 

Une Georgina de RDC

en viscose et coton noir

DS-Georgina

 

 

20140727_133737

 

 

 

 

Ces trois projets sont déjà coupés et la robe portefeuille est déjà montée, il ne me reste « plus que » les finitions.

Un petit top (Burda 125 12/11)
avec le reste de soie noire et les bretelles et noeud en voile de soie noire. Il va falloir que je crée le patron, n’ayant pas le burda de décembre 2011, mais je me dis que ça devrait être jouable.

top burda 125 dec11

12191_10204192658194850_5746496993201963902_n

 

 

 

 

 

 Un pantalon large (Burda 122A 05/12)
Dans un voile de coton rayé… à voir s’il n’est pas trop transparent. J’aimerais assez éviter d’avoir à faire une doublure. L’idée serait d’avoir un pantalon confortable pour trainer par les fraiches soirée d’été.

122A pantalon large mai12

 

 

10513529_10204192642394455_3670924569657468722_n

 

 

 

Et on arrive ainsi à 5 projets ! Mais 3 sont déjà bien avancés. Je me dis qu’un petit Plantain blanc à manches courtes irait très bien avec le pantalon… A voir, mon jersey blanc étant quand même fort transparent au final. Et j’aimerais assez ne pas avoir à racheter de tissu pour l’instant.

Je crois que je respecte assez bien les contraintes que je m’étais données lors de l’article précédent : confortable, uni, teintes discrètes si ce n’est sombre. Seule la robe portefeuille ne respecte pas la teinte discrète (encore que, c’est un vieux rose) et la Georgina est un peu hors sujet, car je la crains peu confortable et elle a des motifs… A voir.

Prochain épisode : déterminer des critères d’évaluation de mes cousettes.

The wearability project : état des lieux

Je suis depuis quelques mois « The wearability project » de Nessie, et je ne suis pas la seule…

J’aime beaucoup cette idée de chercher à définir les pièces qu’on porte le plus, celles qui nous correspondent, plutôt que de s’éparpiller dans plein de projets. Et cela a en plus l’avantage de parler à la flemmarde que je suis !

Je commence donc par l’état des lieux de ce que je porte :

Automne / Hiver

– Jean + chemise noire cintrée / t-shirt en jersey décolleté arrondi sombre / pull blousant encolure bateau
– Robe cintrée en coton / portefeuille en jersey + veste longue noire + bottes
– Jupe droite + haut blousant + veste cintrée + bottes
– Tunique + leggins + bottes
– Manteau près du corps (découpes princesse), mais peu féminin (noir, à capuche, sans ligne de taille marquée)

Printemps / été

– Jupe longue + t-shirt en jersey
– Robe dos nu
– Short + t-shirt en jersey ou bustier
– Sarouel + t-shirt en jersey
– La classique veste en jean

N.B : Deux corsets à mon actif + une robe bustier corsetée que je porte peu car trop habillés, mais je m’y sens divinement bien.

Constat 1 : Je privilégie le confort (pas de talons hauts, des vêtements confortables, mais qui dessinent la silhouette). Mon style est définitivement « casual ».
Constat 2 : Je me concentre sur les coupes qui masquent mon ventre, ce qui explique mon goût pour les corsets et ce qui freine mes choix vestimentaires. Et j’en suis frustrée !
Constat 3 : J’aime les couleurs sombres, avec une préférence pour le noir et le bleu.
Constat 4 : Je ne porte quasiment aucune tenue avec des motifs. (Pourtant je n’achète que ce genre de tissus… Bien. Bien. Bien.)

Bilan :

Privilégier les coupes confortables, mais qui dessinent la silhouette :
– une robe portefeuille en jersey
– une chemise cintrée (je n’en ai qu’une)
– des gilets longs en jersey (je n’en ai qu’un)
– un manteau épais, coupe princesse, avec un col capuche
– une jupe droite en jean (la mienne est bien trop usée)
– une mini noire
– une veste cintrée bleu nuit / noire
– une robe sureau noire / bleue ou cambie dress
– des tops (j’en manque cruellement)

… et sortir de mes sentiers battus avec :
– un corset à porter avec un jean
– une autre robe bustier à baleines, dans un tissu plus passe partout
– une jupe crayon et un haut associé (type airelle, en retravaillant l’encolure qui ne me va pas) ou un chemisier vintage (repéré chez Swing and Sew, j’adore)
– un ensemble de lingerie

Et la flemmarde en moi commence à paniquer ! Parce qu’il ne faut pas essayer de la leurrer : elle le sait bien qu’il y aura des envies coup de cœur ou des costumes de dernière minute qui vont venir se greffer à tout ça.

Prochain épisode : sélectionner 4 projets parmi tout ça, choisir patrons et tissus (dans l’idéal issus de mon stock), en faire une planche.

G.

 

Première toile

Je me suis laissée entrainer à un cours de peinture libre il y a quelques jours.  Je n’étais pas convaincue du tout de ce que j’allais y faire, étant donné que je me trouve fort dépourvue d’imagination…

Et en effet, une fois devant la toile blanche… le vide.

Heureusement, il y avait un joli bleu pétrole parmi tous les tubes de peinture. Heureusement, mes coups de pinceau en recouvrant la toile de cette teinte, sans savoir où j’allais, ont laissé transparaitre des points blancs non recouverts, de la toile sous-jacente. Heureusement j’ai aimé cet effet. Heureusement, j’ai essayé de le reproduire… et réussi avec les conseils de notre hôtesse.

Et après quelques grands gestes en blanc, tadaaa !

20140721_234820

Désolée pour la qualité de la photo…

J’aime d’amour cette toile. Elle est sombre comme mes pensées de ce jour là  et en même temps pleine de l’énergie d’une mer d’orage. Et elle représente surtout le fait que je suis capable de dépasser ma peur de la « page blanche », créer à partir de rien… excepté ce que je ressens et ce qui est dans ma tête.

Est-ce le début d’une jolie passion ? J’ai déjà une autre idée (moi qui n’ai pas d’imagination !) et donc je retourne jouer avec des pinceaux dans une semaine. Vivement !

G.

Bonne résolution de juillet

2 articles à mon actif… puis plus rien depuis des mois.
2 semaines de vacances devant moi : l’occasion de m’y remettre.

La preuve en photo : une petite robe portefeuille en jersey « vieux rose » en cours !

20140721_235029

Et comme ce coin couture manque cruellement d’un cadre sur ce mur blanc : une petite folie rapportée des machines de l’île de Nantes, offerte par moi pour moi (ne reste plus qu’à le mettre sous cadre et espérer qu’il me motive à m’atteler (huhuhu) à ma machine plus souvent) :20140721_235136 (640x471)

Comme on dit : yapluka !

G.

 

 

Le bal du dernier dragon

Première cousette publiée ici. Et je commence par de l’atypique : Aimez-vous Game of Throne ?

Tout commence par la proposition un peu folle d’une amie : « Tu me ferais un costume ? Pour dans 1 mois ? Pour une soirée Game of Throne ?… Et tu viendrais ? En costume ? … Y’aura du champagne ! » Après un apéro entre filles, autour de crayonnés pour imaginer une tenue de fille du Sud à base de voiles et de chaines, me voilà donc avec deux costumes à réaliser en un mois. Et bien sûr, j’ai choisi le Nord, donc : un corset. Et de la fourrure. Sans compter la jupe, dont la réalisation en parait du coup presque anecdotique. En un mois !

Sur le papier, entre deux verres, ça donne ça :

2014-02-03_13-19-22_461             2014-02-03_13-19-06_701

Et après quelques heures de couture et d’arrachage de cheveux sous la pression de la deadline, voilà un costume de fille du Sud, plein de voiles et de chaines, pour pouvoir danser toute la nuit sans avoir chaud. Et une tenue de fille du Nord, avec un corset en cuir totalement anachronique, une (fausse) fourrure de loup et une grande jupe, pour pour pouvoir… mourir de chaud toute la nuit.

nuits impunies nuits impunies3

Pour la tenue de danseuse du ventre, il s’agit d’une jupe à pans, entre lesquels j’ai ajouté deux godets latéraux en voile et laissé une fente à l’avant. Le haut est une simple brassière moulée directement sur le modèle et pour la manche (idée dont je suis assez fière, notons) j’ai utilisé un patron de manche raglan que j’ai évasé et coupé en pointe pour obtenir un joli tombé sur la main. Elle est retenue en haut par une chaine, glissée dans un ourlet rouloté (mon premier !), et qui passe sur la brassière pour faire le tour du buste. Ajoutez à ça une grosse ceinture et des chaines et le tour est joué !

Pour le corset, il s’agit d’un modèle que j’ai travaillé il y a un moment déjà chez les Vertugadins. Une toile à corset en doublure, et du cuir bleu (foncé et très clair) pour la partie externe du corset. Il y a 3 laçages, qui me font adorer ce modèle. Pour la jupe, il s’agit d’une bête jupe en deux pans, avec des plis plats sur l’avant. Et pour accompagner le tout, une fausse fourrure sur les épaules.

Le corset : que j’aime autant de l’intérieur…

2014-02-03_13-22-42_970

… que de l’extérieur !

2014-02-03_13-22-25_637

2014-02-03_13-23-43_254

2014-02-03_13-23-50_982

Bon, il n’est pas terminé : il me reste à poser les biais en cuir pour la finition, mais cette étape était hors timing pour être prête pour cette fameuse soirée. J’ai donc fait sans. Et tout le monde n’y a vu que du feu… sauf une autre couturière. Forcément !

G.